Quelles sont les motivations pour devenir éducateur instructeur ?

4

enseignant, un enseignant et un enseignant, en plus de les associer à la tâche de formateur,d’ instructeuret de mentor,entre autres. Nous voulons que cet article nous aide à avoir une idée plus claire de leurs significations et des connotations dans lesquelles nous pouvons (et devrions) les utiliser, et enseigner comment les utiliser. Il est bon d’être clair que, cette contribution à la réflexion de notre communauté éducative sur le Web del Maestro CMF, n’est pas destinée à être une règle, une norme, une recette, un dogme,…, ni le dernier mot ; parce que nous avons l’expérience que l’histoire des langues est aussi celle Dans notre langue ordinaire (certains) nous utilisons certains mots comme synonymes, comme un du tension entre tradition et praticité

d’utilisation. Et en outre, nous croyons que dans l’éducation le dernier mot n’est pas encore dit.

A lire également : Comment devenir aidant après le troisième ?

En tant qu’éducateurs, nous sommes impliqué dans l’enseignement primaire de l’usage correct de la langue, le développement des compétences et des compétences en lecture, la compréhension et la communication de nos élèves. Et plus maintenant que nous trouvons le défi de l’ « invasion » incontrôlable de nouveaux termes provenant d’autres langues ou de nouvelles connotations par leur utilisation dans les réseaux sociaux. « Nous ferions tort de les rejeter avec displication. Même les personnes avec une orthographe impeccable envoient leur SMS relaxant écriture vers la phonétique. Le problème n’est pas la relaxation, mais le chaos. Nous ne devons pas censurer, mais canaliser et normaliser cet élan sain et modernisant grâce aux institutions qui, historiquement, ont canalisé avec succès les usages dans le cadre de la réglementation. » (Karina Galperín, à La Nación). Et c’est l’une des tâches d’enseignement qui, nous l’espérons, ne restera pas dans la procrastination.

NOUS AVONS BESOIN D’ENSEIGNANTS AUTHENTIQUES ET NON PAS DE SIMPLES

A lire en complément : Quels sont les avantages de l'invalidité ?

( 11′ 04 »)

SENS SELON L’ACADÉMIE ROYALE DE LA LANGUE ESPAGNOLE 1. PROFESSEUR :

  • adj. qui enseigne. U. t. c. s.
  • adj. appartenant à l’éducation ou ayant trait à l’éducation.

2. MAÎTRE :

  • adj. dit d’une personne ou d’une œuvre : D’un mérite pertinent parmi ceux de son espèce.
  • adj. a dit d’une chose : Principal parmi son genre. Faisceau maître.
  • adj. a dit au sujet d’un animal : C’est entraîné. Chien, maître fauchon.
  1. m. et f. Une personne qui enseigne une science, un art ou un métier, ou qui a un titre pour le faire.
  2. m. et f. premier professeur d’école.
  3. m. et f. Personne qui est pratique dans une affaire et la traite avec déballage.
  4. m. et f. Personne qui est agréée dans un métier mécanique ou publiquement l’exerce. Maître d’atelier.
  5. m. et f. Compositeur de musique.
  6. Un titre qui, dans certains ordres réguliers, est donné aux religieux chargés de l’enseignement, et qui sert parfois à décorer les bénémérites.
  7. Homme qui avait le plus haut diplôme en philosophie, conféré par une université.
  8. La mer. Palo maire d’un bateau.
  9. Méx. Diplôme correspondant à la maîtrise (cours de troisième cycle).

3. PROFESSEUR :

  1. m. et f. Personne qui exerce ou enseigne une science ou un art.
  2. m. et f. professeur habituellement attaché à une chaire ou à un département particulier.
  3. m. et f. Esp. Dans les instituts de baccalauréat et les universités, professeur affecté à une chaire ou à un département, avec un grade administratif immédiatement inférieur à celui de professeur.
  4. m. et f. Personne travaillant à l’extérieur de l’université et est embauchée temporairement par elle.
  5. m. et f. professeur appartenant à un membre du personnel.

4. FORMATEUR :

  • adj. ce qui forme ou met en ordre. U. t. c. s.
  1. m. et f. Méx. Personne formatant un livre ou un magazine.
  • adj. quelles formes ou ordonnances. Également utilisé comme nom.

5. INSTRUCTEUR :

  • adj. qui donne des instructions. U. t. c. s.

6. MENTOR :

  1. m. et f. Conseiller ou guide.
  2. M. et f. Professeur, parrain. Il était son mentor politique.
  3. m. et f. ayo.

Article recommandé :

ORIGINE ET ÉVOLUTION DES MOTS, DU SENS ET DE LEURS FORMES

Afin de mieux connaître ces six mots, nous nous permettons de partager avec Vous, pour des raisons éducatives et d’apprentissage tout au long de la vie, presque compléter l’article avec tous si des liens originaux, par le professeur Francisco Javier Álvarez Comesaña, spécialisé en espagnol, linguistique et humanités, qui publie Grammaire historique del Castellano et qui sur YouTube a 17 règles fondamentales de l’évolution de l’espagnol du latin, en les appliquant à 30 mots latins (ÉTIMOS ) ; et qui peut nous aider à mieux clarifier si les mots formateur, enseignant, enseignant, enseignant, instructeur et mentor ; que nous utilisons (certains) comme synonymes, sont-ils vraiment ?

  1. ETYMOLOGIE DE « FORMATEUR »

Ce mot étymologiquement est composé du verbe transitif et intransitif « forme » et du suffixe « dor » qui indique celui qui effectue habituellement l’action et comme agent ou causal, vient également du latin « Formātor. »

Il peut agir comme un nom et un adjectif.

  1. ETYMOLOGIE DE « PROFESSEUR »

L’ enseignant est, ni plus ni moins, celui qui enseigne, sans distinction de spécialités, d’âges, etc.

« Etymologiquement, « enseignant » est le présent participe duverbe latindocěre‘enseigner’, une ancienne formation causale qui signifiait littéralement ‘ faire apprendre à quelqu’un → enseigner‘, dérivé du verbe décet défectueux ‘est commode/approprié’ (cf. « décent » ; vid. vous decettez hymnus ‘vous méritez un hymne ← vous êtes approprié un cantique ‘dans le « Introitus » d’une messe), qui est, que dans la dernière c’ est l’enseignant qui rend quelqu’un approprié et pratique. »

L’ enseignant est reconnu que l’enseignement est son dévouement et sa profession fondamentale. Par conséquent, leurs compétences consistent à enseigner de la meilleure façon possible à l’élève.

« Le terme enseignant est polysémique les mots suivants sont utilisés comme synonymes : pédagogue, instructeur, formateur, éducateur, enseignant, enseignant, didactique, académique, normatif, puriste, classique, culte, conseiller, conseiller, animateur, promoteur, conseiller, promoteur, conseiller, coordinateur, consultant, tuteur, gestionnaire, mentor, guide, gourou, médiateur et chauffeur, entre autres. »

  1. ÉTYMOLOGIE DE « MAESTRO »

« C’est le forme patrimoniale de l’ancien mot latin magister , en particulier de son magistrum accusatif, avec le sens original de « le plus meilleur → patron  » -laissez-moi le dire, car je justifierai plus tard quelque chose (cf. maître anglais ‘amour, miser’) ; ainsi, magister equitum ‘ chef de la chevalerie, etc De là, l’évolution sémantique est claire : le meilleur ou le chef d’une école doit nécessairement être l’enseignant , comme il en sait plus que ses élèves. Il est également clair la relation avec l’utilisation dans des expressions telles que la manida « musique, maestro ! » , dans lequel un tel professeur n’est pas qu’il est un professeur de musique, mais est le meilleur des musiciens présents.

Le mot magisterest construit sur la racine demagis‘plus’ , d’où aussi « maximum », « magno », etc. Sur cette racine, qui a déjà en soi un sens de supériorité, s’ajoute un suffixe ‑ter d’origine contrative-comparée (cf. dexter, sinistre ‘droite, gauche’ : « droite » est en effet l’antonyme de « gauche ») : d’où l’aberration de « la plus meilleure ».

ÉVOLUTION DU LATIN MAGISTRUM À L’ESPAGNOL « MAESTRO »

(01′ 38 »)

  1. ETYMOLOGIE DU « PROFESSEUR »

« C’est un nom d’action dérivé du verbe profitēri « parler devant le peuple », composé du pro-preverbe ‘devant ‘et du mot fatēri ‘parler’ (cf. « renommée », « confesser », etc.). Le changement de timbre pro‑f a tēri a profitēri est une apophonie latine typique », et il nous permet de savoir que l’évolution sémantique du mot se réfère à « celui qui parle devant les élèves ».

Nous vous suggérons de remplir les informations ci-dessus, avec des liens vers des sites fortement recommandés pour ceux qui souhaitent plonger dans ce sujet, dans notre source : ETYMOLOGIE DE « ENSEIGNANT », « ENSEIGNANT » ET « ENSEIGNANT »

  1. ETYMOLOGIE DE « INSTRUCTEUR »

« La personne qui a la profession d’instruire les personnes dans l’exécution d’une méthodologie ou d’une fonction est appelée commeinstructeur, ce mota une origine étymologique du latin « instruit » qui signifie le transmission d’un doctrine systématique, remplissant un ou plusieurs objectifs déjà fixés ; pour y parvenir, l’instructeur doit être formé scientifiquement, artistiquement et techniquement et ainsi être capable d’enseigner aux autres les techniques dont il a besoin pour développer une fonction. Les instructeurs ne sont pas seulement les hommes ou les femmes qui transmettent les informations nécessaires à l’exécution d’une technique,il est également considéré comme un instructeur à ces manuelsd’appareil qui indiquent comment manipuler un tel équipement, en d’autres termes tout ce qui fournit les renseignements nécessaires au fonctionnement d’un appareil ou à l’exécution d’un travail est considéré comme un instructeur. » INSTRUCTEUR

Un instructeur n’est pas nécessairement un spécialiste de l’éducation, mais il maîtrise l’exécution d’une méthodologie ou d’une fonction spécifique. Ils sont formés non seulement avec connaissances liées à la technique qu’ils enseignent, mais avec les compétences nécessaires pour la transmettre et aider dans leur pratique.

  1. ETYMOLOGIE DU « MENTOR »

Un mentor n’est pas nécessairement une personne qui enseigne des matières dans une école, son travail est non seulement de transmettre des connaissances, mais de travailler avec toute la périphérie des activités qui renforcent l’apprentissage. En plus de partager ses connaissances techniques, le mentor écoute, conseille, inspire, défie et soutient l’apprenti pendant sa journée de formation. En raison de cette flexibilité dans leur concept, des mentors peuvent être trouvés à divers niveaux d’enseignement, de base à l’université.

Pour prolonger ces termes, nous vous suggérons de lire cet article : ENSEIGNANT, ENSEIGNANT, INSTRUCTEUR… SAVEZ -VOUS LA DIFFÉRENCE ?

PAR VOIE DE CONCLUSION

« Le mot maître vient du latin (maître), ce qui signifierait plus. L’origine d’un enseignant, par contre, est profiteri et se réfère à être prêt à parler en public. Avec le passage de l’histoire, chacun a englobé différents domaines de l’éducation. Les deux sont des professeurs . Aucun n’est au-dessus de l’autre. »

Dans de nombreuses parties, le discours ordinaire est compris comme un enseignant à celui qui accompagne les enfants dans leurs premières années d’éducation à l’écriture, à la lecture et aux premières matières, de sorte que leurs connaissances ne se concentrent pas sur une seule spécialité ; alors que l’ enseignant doit avoir terminé toute carrière spécialisée (Biologie, Philologie, Mathématiques, etc.) complétées par la pédagogie. JOURNÉE DE L’ENSEIGNANT : QUELLES DIFFÉRENCES Y A-T-IL ENTRE UN ENSEIGNANT ET UN ENSEIGNANT ?

« Dans le langage quotidien, le concept est généralement utilisé comme un analogue de l’enseignant ou de l’enseignant, bien qu’ils ne signifient pas la même chose. L’ enseignant est la personne qui enseigne un ensemble de connaissances, cependant, l’ enseignant est celui qui est reconnu une capacité extraordinaire dans le sujet qu’il instruit. De cette façon, un enseignant peut ne pas être un enseignant (et réciproquement). Au-delà de cette différence, chacun doit avoir une expertise académique pour devenir des agents efficaces dans le processus d’apprentissage. » DIFFÉRENCE ENTRE ENSEIGNANT ET FORMATEUR ?

Considérant (ou acceptant) que les langues sont des organismes vivants et complexes qui n’évoluent pas, en tant qu’éducateurs, nous devons communiquer l’usage correct de la langue et, en tant qu’utilisateurs, que nous avons la liberté de faire tout usage que nous voulons du système linguistique que nous connaissons, nous avons la responsabilité de continuer à apprendre et à désapprendre dans des lectures comme celle-ci.

La réponse à cette question reste à votre discrétion : Que se passerait-il si au lieu de certaines règles lors de l’écriture ou de l’utilisation de mots nous pouvions le faire comme nous le souhaitons, avec la seule prémisse que ce que nous voulons communiquer est compréhensible, et nous n’avons que comme limite lorsque l’autre n’est plus vous comprend ? (Gustavo Lopez).

Article fortement recommandé :

« La défense nécessaire de l’Espagnol n’implique pas sa contrainte. Nous devons chercher des solutions, mais jamais à partir de règles artificielles qui ne feront que l’appauvrir.

Aussi l’écrivain espagnol Camilo José Cela a demandé que la défense de l’espagnol soit faite du respect des locuteurs eux-mêmes : « En tant qu’amoureux de la langue, des langues, de toutes les langues, je préconise que nous jouons à ajouter et ne pas soustraire , que nous misons sur le lever et non vers le bas, que nous défendons la liberté des langues et de leurs locuteurs, rêvent d’égalité de but, et coupons la fraternité des jeux floraux et des discours d’artifice et de leur mise en scène et inopérante, pour la justice de l’érosion sémantique implacable « Humanisons vos lois », nous a dit l’écrivain Gabriel Garcia Marquez, pour que « nous puissions bien assimiler les néologismes », « nous négocions avec bon cœur avec des géronds barbares, des fromages endémiques, des tromperies parasitaires ». , cette illusion qui mettrait fin à perfectionner l’homme en paix.

Nous concluons, non sans d’abord vous féliciter pour l’investissement de votre temps dans cette lecture, dans sa formation permanente, partageant l’opinion exprimée sur les locuteurs espagnols par le grand essayiste et poète mexicain Octavio Paz : « un grand arbre, dans lequel chaque personne est une feuille, et « ceux qui parlent l’espagnol sont une palpitation. personne n’a le droit d’exclusivité de la langue, qui « appartient à tout le monde et n’est à personne » cf.CELA ET GARCÍA MÁRQUEZ ATTAQUES TENTATIVES DE CONTRAINDRE LA LANGUE

Quelle est l’importance que les enseignants sachent utiliser ces six mots dans le contexte social, dans notre environnement éducatif et que nous connaissions leur signification, enseignent leur usage correct et ajoutent à l’enrichissement et à la clarté dans la communication des hommes ?

ÉCRITURE WEB DE MASTER CMF

    • JE PENSE (SITE WEB DU MAÎTRE CMF)

Merci les mères et les enseignants : Quelle belle tâche ils font dans les salles de classe ! , miracle de la poterie

  • Web del Maestro CMF
  • 7 Mai,2021

vous pourriez aussi aimer