Pourquoi ne pas investir dans l’immobilier en 2023 ?

Plusieurs raisons peuvent vous empêcher d’investir dans l’immobilier en 2023. Parmi ces dernières, on peut citer l’augmentation des taux d’intérêt et du taux directeur de la Banque Centrale Européenne (BCE). À cela s’ajoute le refus des crédits. Voici ce qu’il faut retenir dans chaque cas.

L’augmentation des taux d’intérêt

L’augmentation des taux d’intérêt en 1 an constitue l’une des principales causes pour éviter d’investir dans l’immobilier en 2023. En effet, la BCE a joué un rôle important dans la sortie de crise économique de la zone euro en 2019. Notons que cette crise était en grande partie liée à la Covid-19. En raison des coûts déboursés sur les marchés bancaires, on assiste aujourd’hui à une baisse considérable des taux des crédits.

A lire aussi : Vendre sa maison plus rapidement : les meilleurs conseils à suivre

Cependant, les taux immobiliers connaissent une nouvelle montée dès janvier 2023. Malgré cela, il faut reconnaître que ceux-ci varient grandement en fonction du montant de la dette française à 10 ans. Si au 1er novembre 2021, le taux offert à la France par les grands investisseurs est de 0,015%, il est cependant de 2,39% en novembre 2022. Cela se justifie clairement par l’augmentation du coût de la dette française. Par conséquent, cela pourrait impacter les taux des crédits immobiliers.

L’augmentation du taux directeur de la BCE

L’autre facteur qui constitue un frein aux investisseurs immobiliers en 2023 est l’augmentation du taux directeur de la BCE. Cette situation s’est particulièrement remarquée en novembre, décembre 2022 puis en février 2023. Même si certains croient en une nouvelle augmentation les mois à suivre, la BCE s’engage à contenir l’inflation. Elle envisage de la faire chuter en dessous des 3%. Néanmoins, il est probable que les actions de la BCE et de la FED entraînent une hausse considérable des taux immobiliers. Parmi les conséquences qui pourraient en découler, on peut noter la réduction du nombre de transactions immobilières. Aussi, cette situation est susceptible de baisser les prix de l’immobilier, bien que les banques centrales se ménagent pour ralentir l’inflation.

A lire en complément : Qu'est-ce qu'un achat de compte ?

Le refus des crédits en 2023

En 2023, certaines demandes de crédits sont restées infructueuses. D’autres ont été objets de rejets. Ces situations se justifient en partie par le taux d’usure. Celui-ci correspond en réalité au taux minimum légal que doivent présenter les investisseurs immobiliers qui souhaitent contracter des crédits. Au-delà de la barre fixée, les banques s’opposent aux demandes. En outre, il faut préciser que le taux d’usure est défini par la Banque de France durant chaque trimestre. Selon les données actuelles, il est par exemple fixé à 3,79% pour un prêt à taux fixe d’une durée de 20 ans en moyenne. Quoi qu’il en soit, le calcul de ce taux inclut tous les frais impliqués dans le processus d’obtention du crédit.

Zoom sur quelques erreurs à éviter lors d’un investissement immobilier

Bien que le climat immobilier ne paraisse pas favorable en 2023, plusieurs erreurs sont à éviter pour un investissement immobilier réussi. Entre autres, vous devez :

  • Éviter de vous engager sans vous préparer ;
  • Éviter de considérer aveuglément les avantages fiscaux ;
  • Éviter d’investir à partir d’un apport personnel important;
  • Éviter de choisir les marchés que vous maîtrisez moins ;
  • Éviter de faire une estimation sans recourir à un professionnel.

vous pourriez aussi aimer