Les véhicules autonomes sont-ils vraiment prêts à prendre la route ?

Les voitures autonomes font de plus en plus parler d’elles ces dernières années. Ce sont surtout les avancées technologiques qui ont permis de développer des véhicules capables de se déplacer sans l’intervention d’un conducteur humain. Avec ceci, naturellement, de nombreuses questions se posent quant à leur sécurité et leur fiabilité. Les véhicules autonomes sont-ils vraiment prêts à prendre la route ?

Les différents niveaux d’autonomie des véhicules

Les véhicules autonomes sont spécifiquement classés en six niveaux, et cela en fonction de leur degré d’autonomie.

A lire aussi : Un concessionnaire vous propose de nombreuses voitures d'occasion

Les niveaux 1 et 2 sont les plus courants actuellement sur le marché. Les véhicules de niveau 1 sont capables de fournir une assistance au conducteur en contrôlant soit la direction, soit le freinage, mais pas les deux en même temps. Une voiture de niveau 2 peut apporter une assistance à la fois pour la direction et le freinage de façon simultanée.

Les niveaux 3 à 5 sont plus avancés et sont encore en cours de développement. Les véhicules de niveau 3 peuvent conduire de manière autonome dans des situations spécifiques, mais nécessitent toujours l’intervention d’un conducteur humain en cas d’imprévu. Les véhicules de niveau 4 sont capables de conduire de manière autonome dans la plupart des situations, même s’ils nécessitent l’intervention d’un conducteur dans des situations plutôt exceptionnelles. Enfin, les véhicules de niveau 5, eux, sont par contre entièrement autonomes et ne nécessitent pas d’intervention humaine.

A voir aussi : Quel SUV acheter en 2022 ?

Les véhicules autonomes sont-ils vraiment prêts à prendre la route ?

Les avantages et les inconvénients des véhicules autonomes

Les voitures autonomes ont de nombreux atouts que l’on ne peut nier. Ils en ont notamment en termes de sécurité routière. En effet, ils peuvent être programmés pour respecter scrupuleusement les règles de la route et prendre des mesures préventives en cas de danger imminent, de quoi réduire considérablement le nombre de collisions et les décès sur les routes. Ils peuvent aussi permettre de réduire la pollution de l’air en optimisant les trajets et en évitant les embouteillages.

Attention cependant, les véhicules autonomes présentent aussi des inconvénients. Tout d’abord, ils sont encore très coûteux à produire, ce qui limite forcément leur accessibilité pour le grand public. En plus de ça, la technologie n’est pas encore totalement au point, et donc certains dysfonctionnements peuvent être engendrés et créer des accidents. Enfin, il faut retenir que les voitures autonomes soulèvent plusieurs questions assez complexes, dont justement les cas d’accident impliquant une voiture autonome et un conducteur.

Ainsi, adopter un véhicule autonome génère encore quelques obstacles réglementaires et juridiques qu’il faut surmonter. Avec ceci, on retrouve des défis économiques, dont le coût élevé des véhicules autonomes, mais aussi des défis liés à la maintenance et à la réparation.

Certaines personnes sont encore très réticentes à l’idée d’utiliser des véhicules autonomes, craignant de perdre le contrôle ou simplement parce qu’ils n’ont pas confiance en la technologie. Les défis technologiques à relever comprennent l’amélioration de la précision des capteurs ou encore le développement de systèmes de communication pour permettre une coordination entre les véhicules autonomes. Si ces modèles peuvent avoir un avenir, elles n’ont peut-être pas encore un présent.

vous pourriez aussi aimer